Mode discret Désactiver
le point G existe-t-il vraiment ? le point G existe-t-il vraiment ?

Le point G :  existe-t-il vraiment ?

Le point G illustre une zone du plaisir féminin, découverte dans les années 50 par un gynécologue allemand. Depuis, nombre de mystères entourent cette zone érogène complexe. Zoom sur le point G et ses caractéristiques pour apprendre à le connaître et savoir le stimuler.

Qu’est-ce que le point G et où se situe-t-il ?

Baptisé Point G en 1981 en référence à Ernst Gräfenberg, gynécologue allemand qui a réalisé des travaux sur le sujet, la zone ne se limite pas à un seul point. En effet, celle-ci va du clitoris, à l’urètre, en passant par la paroi vaginale. La zone du point G est située environ à 4 cm de l’entrée du vagin, sur sa face antérieure, côté ventre. Sa position sensible touche aux racines nerveuses du clitoris et s’active lors des relations sexuelles. C’est pourquoi cela peut déclencher une extrême jouissance lors de sa stimulation.

En janvier 2010, une étude menée par le King’s College sur 1800 participantes a mené à la conclusion que le point G n’existait pas et qu’il ne s’agissait que d’une « idée subjective ». En 2009, Emmanuele A. Jannini, professeur d’endocrinologie et de médecine sexuelle à l’Université de l’Aquila en Italie affirme quant à lui avoir trouvé la preuve anatomique de l’existence du point G grâce aux ultrasons qui semblent avoir détecté une zone épaisse entre la paroi vaginale et l’urètre. Mythe ou réalité ? Bien qu’il n’existe pas de preuves scientifiques de son existence, nombreuses sont les femmes qui estiment aujourd’hui atteindre un orgasme grâce à sa stimulation.

Quelle est son utilisation ?

Devenu populaire dans les années 80 avec la publication du livre The G-Spot and Other Recent Discoveries about Human Sexuality par trois auteurs américains, le point G est bien plus complexe qu’un simple bouton activateur de plaisir. Réalité physique ou concept, le point G participerait à la venue de l’orgasme chez la femme. Cependant, la sensibilité de cette zone propre à chaque femme ainsi que certains facteurs extérieurs comme le cycle menstruel ou le partenaire sexuel peuvent faire varier les données sur le point G, son utilisation et son efficacité.

Ce point peut faire atteindre l’orgasme à certaines femmes en quelques minutes à peine tandis qu’avec d’autres, rien ne se passe du côté du plaisir après plusieurs heures de stimulation de la zone.

Comment stimuler cette zone féminine pour atteindre l’orgasme ?

N’oubliez pas que même si le point G participe activement à la stimulation féminine et à son plaisir, il doit être stimulé en combinaison avec le clitoris pour être le plus efficace. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous. Votre partenaire peut notamment vous pénétrer tout en stimulant votre clitoris manuellement. Celui-ci peut également introduire un sextoy à l’entrée de votre vagin tout en stimulant votre clitoris avec ses lèvres pour explorer la zone du point G. L’amazone, position sexuelle du kamasutra peut également permettre de stimuler efficacement cette zone féminine fantasmée.

D’autres organes peuvent participer à l’arrivée de l’orgasme. C’est notamment le cas avec les structures féminines suivantes : le vagin, la vessie, la vulve ou encore l’anus. Au-delà du caractère purement physique, la stimulation du point G est liée à la relation de confiance et de complicité avec votre partenaire, aux préliminaires langoureux et à l’excitation montante qui évolue petit à petit naturellement avant d’atteindre l’orgasme.  Allumez par exemple une bougie de massage au parfum enivrant, créez une atmosphère sensuelle et prenez le temps de parcourir le corps de partenaire ainsi que ses zones érogènes. Qui sait, vous y découvrirez peut-être le fameux point G !